Comprendre la psychologie de l’enfant

Selon le grand psychologue Sigmund Freud, les bébés sont initialement animés par des instincts et des pulsions égoïstes, mais s’adaptent progressivement aux valeurs et aux règles de leurs parents. Ce sont ces règles qui jouent un rôle dans le développement et le bien-être des enfants. Si vous êtes parent ou éducateur, il y a une chose que vous devez savoir, c’est la psychologie de l’enfant. Vous constaterez que vous n’avez pas besoin d’avoir un baccalauréat en puériculture ou une maîtrise en psychologie pour cela.

La psychologie de l’enfant : c’est quoi ?

Il existe plusieurs définitions, mais celle-ci semble convenir le mieux : « Des recherches scientifiques sur l’esprit pour mieux comprendre le comportement des individus et des groupes »
La psychologie est une partie importante du développement et de l’éducation de l’enfant. Certaines découvertes en psychologie peuvent s’appliquer à tous les humains, y compris les enfants, mais parce que leur cerveau est immature, plusieurs changements doivent être pris en compte.
L’étude de la psychologie des enfants tend à comprendre leurs habiletés motrices, leurs compétences linguistiques et leur développement cognitif, social et émotionnel.

Pourquoi faut-il comprendre la psychologie de l’enfant ?

Les parents ont leurs propres façons d’expliquer les capacités et les compétences de leurs enfants. Lorsque vous ne connaissez pas votre enfant, vous pouvez mal comprendre son comportement et le juger.
Parfois ces malentendus sont inoffensifs, mais souvent ils sont nuisibles ! En tant que parent, votre rôle est crucial pour le développement psychologique de votre enfant. Le manque d’informations sur le développement de votre enfant peut entraîner des erreurs de jugement et de mauvaises décisions.
Une étude du Dr Brenda Volling a révélé que le temps que les parents investissent dans le développement de leurs enfants affecte directement leurs enfants. Le développement psychologique de votre enfant comprend plusieurs aspects : émotions, relations interpersonnelles, motricité, langage, etc.

La phase d’opposition débute à partir de dix-huit mois

À l’âge de trois ou quatre ans, l’enfant entrera dans une étape connue sous le nom d’opposition systémique à son parent, c’est-à-dire à vous, en fournissant tout ce que son éducatrice impose. Beaucoup de “non” qu’il dirait essaient de se distancer des souhaits et des souhaits de ses parents. Pour lui, cela équivaut à dire à l’adulte responsable de lui : « Toi, c’est toi et moi, c’est moi », comme toute autre affirmation qu’il existe de plein droit et est spirituellement avec ses parents.
La première difficulté à s’endormir est apparue. L’enfant a peur de s’endormir. Il était seul dans le noir et avait peur de ce dont il avait peur, mais il ne s’en rendait pas compte et ne pouvait pas vraiment dire de quoi il avait peur, car la raison de sa peur n’était pas claire. Puis il refusa de se séparer de ses parents. A cet âge, certaines personnes vont faire des cauchemars. Ces troubles du sommeil correspondent au fait que la personnalité de l’enfant persiste au quotidien. Il est devenu capricieux, exigeant et voulait tout gouverner. Cependant, même s’il prétend être omnipotent pendant la journée (et dit non à tout), tout comme il change d’avis la nuit et se sent faible et vulnérable. Le souvenir de la tension et de la crise de ses parents le désoriente, il se sent coupable sans le savoir et fait des cauchemars. Au matin, le cauchemar a « libéré » son caractère fort la veille, et il est reparti et a commencé à dire « non ».
Vous voulez en savoir plus, voyez donc sur cap petite enfance.tout pour les enfants dans la vie pour voir comment vous pourriez essayer une approche vers votre enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *